Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Composition des engobes

COMPOSITION des ENGOBES 

 

Un engobe est une barbotine de terre colorée appliquée sur une poterie pour en changer la couleur ou pour obtenir des effets décoratifs. 

Il y bien des manières de colorer et d'appliquer les engobes, et une partie importante de l'art de la décoration en poterie consiste à composer, à appliquer et couvrir de glaçure les engobes. 

 

La composition d'un engobe doit être telle que :

 

1) Il recouvre la pièce d'une couche d'une épaisseur convenable et de la couleur désirée.

 

2) Il adhère à la pièce durant le retrait qui accompagne le séchage et la cuisson.

 

3) Il se vitrifie ou durcisse à une température égale ou légèrement inférieure à la température de cuisson du tesson sur lequel on l'emploie.

 

4) il reste intact sous la couche de glaçure sans être dissout dans cette dernière, ni éclater, ni peler.

 

En réalité toutes ces conditions sont faciles à réaliser, et les engobes ont généralement une grande tolérance quant à la composition, à l'application et à la cuisson.

 

Des engobes d'usage très courant peuvent être composés en ajoutant des oxydes colorants à l'argile particulière dont on se sert pour faire les pièces à engober. Par exemple, si on dispose d'une argile qui se tourne bien, on peut obtenir un engobe d'une couleur plus foncée en ajoutant simplement à l'argile un peu d'oxyde de fer et de manganèse, peut-être 2% de chacun. Un engobe de ce genre peut être appliqué au pinceau, par trempage, par vaporisation et il adhèrera bien, pourvu que la pièce soit encore humide et n'ai pas amorcé son retrait. 

 

La difficulté d'utiliser un tel engobe est qu'il faut l'appliquer sur l'argile encore humide; autrement, si l'argile est déjà trop sèche et que la pièce a déjà commencé son retrait, l'engobe peut s'en aller par plaques et peler quand le retrait s'accentuera. Une autre difficulté inhérente à ces engobes est que les seules couleurs possibles sont celles qui sont plus foncées que l'argile, puisqu'il est impossible d'éclaircir un mélange de terre, sans en changer radicalement les qualités et les proportions. 

 

Pour tourner ces difficultés, on calcule la composition des engobes de manière qu'ils aient un retrait inférieur à celui des argiles sur lesquelles on les pose, et qu'ils contiennent des matériaux cuisant surtout blanc, à moins qu'on ne les colore avec des oxydes colorants. Pour assurer la blancheur et l'opacité, on ajoute fréquemment de l'oxyde d'étain ou de zirconium. 

 

Les composants des engobes peuvent être rangés dans les groupes suivants : 

 

1) argiles

 

2) fondants

 

3) dégraissants

 

4) durcissants

 

5) opacifiants

 

6) colorants

 

Les argiles choisies pour les engobes le sont à cause de leur blancheur et de la faiblesse de leur retrait. 

 

Les mélanges de kaolin et de ball clay remplissent d'habitude les conditions requises pour un engobe. Si on veut augmenter ou diminuer le retrait, il faut augmenter ou diminuer l'argile par rapport au kaolin. Dans beaucoup d'engobes, le total de ces deux éléments est compris entre 40 et 70 %.

 

Les fondants utilisés dans les engobes varient suivant la température de cuisson. Pour les hautes températures, de 1125°C à 1390°C, on choisit de préférence le feldspath. Pour les températures plus basses, on emploie des frittes sans plomb, éventuellement en combinaison avec du talc. On peut ajouter un peu de carbonate de calcium (craie) comme fondant auxiliaire.

 

Comme dégraissant on emploie le silex. Celui-ci diminue le retrait, donne le degré de dureté nécessaire à l'engobe, et augmente l'adhérence de la glaçure. On met en général entre 15 et 30% de silex. On peut aussi utiliser la pyrophyllite, un silicate d'aluminium non plastique. Elle se comporte dans les argiles et les engobes comme de l'argile calcinée. 

 

Pour la dureté, l'addition d'un peu de borax (B4O7Na2) s'est avérée valable. Le borax étant soluble, tend à se recristalliser dans l'engobe quand il sèche sur le tesson, et la couche formée est plus dure, plus résistante, moins exposée aux détériorations lors des manipulations. On peut aussi utiliser dans ce but des liants organiques tels que les gommes ou le sucre. Mais ils ont le désavantage de s'abîmer avec le temps. 

 

Pour l'opacité on peut ajouter de l'oxyde de zirconium. Pour les couleurs les plus sombres , ce n'est pas réellement nécessaire. Mais si on veut un engobe opaque et très blanc, l'opacifiant aide à obtenir la blancheur et permet l'application d'une couche plus mince sans perte d'opacité. L'oxyde d'étain joue le même rôle que l'oxyde de zirconium, mais il est plus cher. 

 

Les tableaux suivants montrent quelques compositions types d'engobes : 



 

a) Pour une température comprise entre 945°C et 1125°C

État de la pièce à engober

Humide

Sèche

Biscuit

Kaolin

25

15

5

Ball clay

25

15

5

Kaolin calciné

0

20

20

Fritte sans plomb

15

15

15

Syénite néphéline

0

0

0

Feldspath

0

0

0

Talc

5

5

5

Silex

20

20

20

Zircon

5

5

5

Borax

5

5

5

b) Pour une température comprise entre 1125°C et 1190°C

État de la pièce à engober

Humide

Sèche

Biscuit

Kaolin

25

15

5

Ball clay

25

15

5

Kaolin calciné

0

20

20

Fritte sans plomb

0

0

5

Syénite néphéline

15

15

20

Feldspath

0

0

0

Talc

5

5

5

Silex

20

20

20

Zircon

5

5

5

Borax

5

5

5

c) Pour une température comprise entre 1190°C et 1285°C

État de la pièce à engober

Humide

Sèche

Biscuit

Kaolin

25

15

5

Ball clay

25

15

5

Kaolin calciné

0

20

20

Fritte sans plomb

0

0

5

Syénite néphéline

0

0

5

Feldspath

20

20

20

Talc

0

0

0

Silex

20

20

20

Zircon

5

5

5

Borax

5

5

5

La composition des engobes, à l'inverse des glaçures, est assez souple et peut être facilement modifiée. On peut quelquefois diminuer ou augmenter de 10% la proportion d'un matériau dans un engobe sans en changer notablement l'aspect un fois cuit.

 

Ce que l'on demande à un engobe, c'est de coller au tesson pendant le séchage sans se fendre, peler, ou se décoller des rebords, et, pendant la cuisson, de ne pas couler, de ne pas se dissoudre dans la glaçure, et de ne pas la décoller du tesson. Bien qu'il soit difficile de tester les engobes, leur retrait au séchage et leur fusion peuvent être facilement modifiés en jouant sur les proportions des matériaux qui les composent.

 

 



 

Écrit par katyveline Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.